L’éternel retour des marchands de rêves …

La difficile confrontation à la réalité n’ayant pas vacciné les français contre les bavards et autres marchands de rêves, plus de la moitié des électeurs semblent toujours séduits par les remèdes miracles. Le temps du ré enchantement quinquennal est revenu, porté par nos talentueux marchands d’illusions.

Le rêve français …

Faire croire aux Français que pour résoudre tous nos maux, il va falloir simplement prendre aux riches, que tout en fermant les frontières nous allons développer nos exportations, que l’augmentation massive des salaires va rendre nos entreprises plus compétitives sans leur poser aucun problème ou encore que la sortie de l’euro améliorera le niveau de vie des Français est tout à fait stimulant et extraordinaire. Histoire de refaire le monde, il semble difficile de proposer mieux, le rêve français semble à portée, de quoi se demander pourquoi nous refusons obstinément et depuis longtemps, d’avaler cette potion magique.
Si chacun de nos précédents présidents n’a pas manqué de faire miroiter quelques rêves et promesses jamais réalisées, le plus enflammé d’entre eux, le champion du rêve fondateur plus fort que la réalité, reste bien, malgré ses échecs, le persévérant et inquiétant François Hollande.

Montebourg, le retour …

Entre « nuit deboutistes », frondeurs et, ces derniers jours, le retour solennel du théâtral Arnaud Montebourg arpentant le Mont Beuvray au milieu de ses disciples subjugués, si nous touchons concrètement à l’expression d’un réel malaise dans la société française, nous expérimentons tout aussi concrètement le pouvoir du verbe, la confusion, l’indignation permanente, la vocifération, les postures et un flot de paroles associés à la totale incapacité de proposer quoi que ce soit de concret et de crédible. Le charmant et charismatique Arnaud semble d’ailleurs reparti confiant de son ascension, dans l’attente semble-t-il, de l’appel pressant du peuple français.

Jean Luc Melenchon, Fête de l’Huma 2014

Merlin l’enchanteur

Dans une France malade et inquiète, entre, d’une part, des Français favorables aux réformes à condition qu’elles concernent plutôt leur voisin et, d’autre part, nombre de nos compatriotes dans l’attente de Merlin l’enchanteur, les importantes mesures à prendre, les efforts de rigueur au niveau du budget de l’Etat, semblent d’autant plus éloignés que selon nos marchands de sable, le pays n’en a nul besoin pour se redresser.

Difficile dans ces conditions de croire que les Français éliront celui ou celle, qui loin des envolées grandiloquentes, proposera tout simplement et avec courage, d’affronter la réalité bien en face. Difficile d’espérer que les Français, toujours talentueux pour repenser le monde et le refaire, conviendront que le plus urgent aujourd’hui est d’éviter qu’il se défasse.

Le luxe de l’utopie n’est à l’évidence plus dans nos moyens et certaines déclarations et postures ubuesques, s’avèrent dangereusement illusoires.

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.