Bordeaux

Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. C’est fini !

« 38 propositions d’artistes internationaux et de Nouvelle Aquitaine composent cette première édition, dont 18 Premières françaises ou mondiales. Qu’ils viennent d’ici ou d’ailleurs, tous nous rappellent la nécessité de la création artistique… » S.V

Bordeaux Gazette le 3 octobre dernier a publié sous le titre « Bordeaux est tout feu tout FAB ! » un article de présentation générale suffisamment explicite de ce premier nouveau festival d’octobre, cette fois, comme feu Evento puis Novart et des Souris et des Hommes dont il prend la place sous la Direction de Sylvie Violan … et une forte équipe de bénévoles …
Eclaté dans la ville et la Métropole ce festival interculturel de créations contemporaines imprimé dans la mouvance annuelle sous une identité nouvelle est forcément ancré dans la vie artistique locale … C’est tant mieux !
Ces spectacles ou autres propositions s’inscrivent dans les lieux les plus emblématiques de notre ville, les plus connus, les plus prestigieux mais aussi dans quelques salles ( trop rares …) certes plus modestes mais qui, toutes les saisons et depuis des décennies pour certaines, animent avec passion la vie « culturo artistique ».
C’est pour cela qu’après quelques rapides passages à toute heure entre 19h et minuit dans La FABZONE, « centre névralgique » du festival où j’ai recherché, sans les trouver, les artistes et les spectateurs afin d’échanger, j’ai surtout croisé quelques fêtards dont la plupart ne savaient rien de cette nouvelle « boîte » à boire et à danser … bien loin du lieu de tous les publics du festival et du dialogue annoncé … Dommage !
J’ai donc décidé de consacrer mon festival à un seul lieu, que j’aime parce-que permanent et vrai, modeste et inventif où l’essentiel des propositions du « FAB » parmi les 38 m’interpellaient …
Je vous en parle donc …
Pierre Chep

Fluxus Distraction – Eloïse Deschemin – Glob Théâtre

Le Glob théâtre dès 1998 a transformé une fabrique à vocation industrielle en fabrique à vocation artistique et culturelle. « Fabrique », le mot est important car le Glob, animé par un collectif d’artistes et dirigé par ses deux créateurs passionnés, Monique Garcia et Bruno Lecomte, oriente ses projets, non vers la diffusion traditionnelle de spectacles, mais vers la mise en avant de la création contemporaine et le partenariat au long cours avec les équipes accueillies, qui s’y installent généralement pour une à deux semaines (avec un temps de résidence de création puis une série de 8 à 10 représentations).
Théâtre, danse, musique et projets inclassables sont ainsi proposés aux curieux de septembre à juin, constituant des saisons qui lient la découverte de spectacles singuliers à un projet artistique, culturel et pédagogique.
Salle accueillante aux dimensions humaines (100 places en gradins et banquettes rouges), le Glob est propice à la rencontre entre les arts de la scène d’aujourd’hui et de demain et des spectateurs en recherche de nouveauté(s).
Outre des représentations, l’équipe propose également des stages ouverts aux amateurs, de nombreuses actions en direction de publics spécifiques (écoles, jeune public, Conservatoire, universités…) et des soirées spéciales.

J’ai vu … dans le cadre du « FAB 2016 » … Pierre Chep
Performance dans la durée, Fluxus Distraction, mixe deux savoirs faire, chorégraphique et plastique. Cette installation performative construction/destruction en direct, où l’accumulation de motifs modifie la perception de ce qui se donne à voir est une performance où le public est invité à venir le temps qu’il voudra.
« Enquête empreinte d’absurdité, quête sociologique mixée au dadaïsme de l’ère numérique, Étude de cas mêle jeux sur le langage, vérités absolues et mensonges réalistes, mouvement et mouvementé, vraies interviews et trafiquées. Il n’est pas question, ici, de démêler le vrai du faux mais de répondre à la question de la (re)présentation, en créant son propre mythe. »

Fluxus Distraction – Eloïse Deschemin – Glob Théâtre

Cétait le dimanche après-midi … et Eloïse Deschemin, son complice Vincent Dupeyron qui pique à la machine nous conviaient, la vingtaine de spectateurs que nous étions dans l’espace du Glob livré à la création ( après résidence …) à partager, assis, debout, couchés ou en passant, la première performance du festival « FLUXUS DISTRACTION »… Eloïse s’échauffait sur un tapis de course électrique réfléchissant déjà à tout ce qu’elle devrait donner de gestuelle et de « déménagements » divers … Vincent performait autour des projecteurs et de la console son, ou plus facétieux encore jouait avec nous … Tous deux sympas, élégants et souples, architectes et gamins qui jouent … Et ils ont déménagé, construit des maisons avec des planches, des tissus, des toiles de camping, des accessoires, des musiques, des morceaux de bois, de carton … Et l’on restait, curieux de découvrir la réalité d’une inimaginable surprise … Frustrés du temps qui passait trop vite ou trop longtemps …. mais il fallait partir … !
Toujours au Glob théâtre de la danse avec la Compagnie Suisse Tabea Martin pour un autre processus créatif précis et dense malgré sa brièveté « FIELD » …« Trois danseurs baignés dans la peur. Dans l’attente d’une expérience, d’un événement, d’une explosion. Pour se sentir vivants, ils s’agrippent, expriment l’irrépressible besoin l’un de l’autre et leur inéluctable solitude. Avec une énergie débridée, ils construisent et déconstruisent, sous nos yeux, inlassablement, une impossible rencontre à laquelle chacun aspire. Field met en scène ce besoin d’être ensemble. »
Et çà fonctionne bien, le public nombreux ( gradins complets …) n’avaient d’yeux que pour ces trois corps, deux hommes et une femme cherchant à s’apprivoiser, se rencontrer, se percuter, s’aimer … peut-être … Peurs du corps de l’autre, besoin irrépressible de goûter la peau, les lèvres … Le sexe, multiple, à apprivoiser … Les vêtements « prison » peu à peu arrachés jusqu’aux slips blancs immaculés comme le sol blanc et pur décuplent une énergie et la justesse d’une chorégraphie maîtrisée et agréable à regarder … Il faudra suivre les périples et les « délires » inspirés de Tabea Martin … !

Ecrit par Pierre Chep


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda