Felix Arnaudin, Le guetteur mélancolique.



Publié le 14 août 2017 à 18:07

Culture

L’eco-Musée de Marqueze, à Sabres dans le département des Landes au cœur du Parc naturel régional des Landes de Gascogne accueille pour l’été et jusqu’au 5 novembre une exposition photographique consacrée à Felix Arnaudin, né en 1844 à Laboueyre au milieu des Landes, qui à l’époque sont de vastes espaces plats, marécageux et peu peuplés.


L’habitat se regroupe dans les zones drainées par de rares cours d’eau le long desquels poussent les chênes et une végétation de lande sèche. En 1857, la loi promulguée par Napoléon III accélère la plantation intensive de pins et la privatisation des terres. Accompagnée de l’arrivée du chemin de fer, cette politique d’aménagement du territoire va changer l’équilibre écologique, économique et social de la lande fondé jusque là sur le système agro-pastoral. Les habitations regroupées autour de l’airial se réorganisent et forment des bourgs, les bergers deviennent résiniers. On retrouve le paysage ainsi que l’habitat et les activités rurales traditionnelles landaises en prenant le petit train de l’Eco Musée de l’époque qui conduisait les travailleurs et résiniers de Sabres à Marqueze. Ce train très pittoresque traverse la pinède pour 4,5 km portant les visiteurs à l’airial avec les maisons à colombage et les représentations de la vie et du travail du quotidien, l’élevage de moutons, les activités de filetage du chanvre, de fabrication du pain etc. En fait, le monde rural landais, avant la transformation industrielle, qui perdurera jusque dans les années d’après guerre dans de nombreux villages.

Felix Arnaudin appartient à une famille de petits propriétaires qui possèdent une soixantaine d’hectares et quatre métairies. Cependant, il décide de s’engager à la survivance de l’ancien monde contre l’industrialisation des plantations et à contre-courant de son milieu social. En 1874, il aime passionnément Marie, de 14 ans sa cadette, la bonne de la famille, ce qui la contraint de quitter la maison pour Sabres. Felix Arnaudin traversera la lande à de nombreuses reprises pour la retrouver. C’est à cette époque qu’il choisit de se lancer dans la photographie. Les paysages de la lande, lieux de ses amours avec Marie sont le thème de son travail. Sa fascination et ses sentiments se retrouvent dans ces nombreux clichés en noir et blanc. Au delà du caractère historique et documentaire de ces clichés la nostalgie des landes est très présente.

Felix Arnaudin s’essaie aux panoramiques pour embrasser l’immensité des ciels et des terres en omettant volontairement de montrer les semis et plantations industrielles des pins. Les paysages sont parsemés de bergers, de moutons, d’enfants péchant dans les lagunes, des bœufs s’abreuvant dans les mares ou les ruisseaux. Ce sont autant d’allégories à la nature et au travail rural sous forme de parfaites compositions. En effet, Felix Arnaudin est très influencé par les peintres les plus classiques. Les cadrages de ses photographies ainsi que les lignes de force sont parfaitement maitrisés. Il idéalise le travail agricole et le monde rural en positionnant ces personnages de telle sorte que toute la chaine opératoire d’une activité telle que le labour et les semailles est représentée dans son intégralité sur une même image.
Les maisons à colombage recouvertes de tuiles en terre cuite fabriquées à proximité des villages Sabres et Laboueyre typique de l’architecture landaise ont de même leur place dans le travail de Felix Arnaudin.

Si des personnages hommes, femmes enfants sont présents ils sont théâtralisés dans des postures propres à chacun. Felix Arnaudin est aussi passionné par le portrait. Il en réalise plus de 200, individuels ou de groupes dont l’authenticité est le fil conducteur. Ses proches, des gens simples semblables à lui sont ses sujets. Ils posent endimanchés et marquent par leur sérieux. Aucun sourire n’illumine les visages ou alors il est à peine esquissé uniquement chez les femmes. Ces portraits sont le reflet parfait d’une époque, les visages ridés les yeux sont très prégnants.
La visite de l’Eco-Musée de Marqueze et de son exposition temporaire mérite de s’éloigner des plages océanes pour s’enfoncer au cœur de la lande car très émouvante, elle permet de découvrir une époque révolue, cependant proche dans le souvenir pour certains d’entre nous. Les enfants y ont tout à fait leur place notamment car une aire de jeux de la fin du XIXe siècle, remportant un grand succès, est aménagée.


Véronique Saint-Ges


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet

La porte Cailhau, un monument (...)

| le 15 juillet 2016
Porte tardive de la troisième enceinte de notre ville, la porte Cailhau fut construite en avant d’une ancienne porte du rempart romain. Son édification dans un style médiéval commença en 1493 pour (...)

La Route 66 fait son cinéma

6 juin 08:22

Pierre Molinier, du scandale au mythe …

26 mai 15:31

Voyage au cœur de l’Amérique à travers la Route 66 #1

25 mai 10:13

La VILLA PRIMROSE s’expose à Bordeaux jusqu’au 2 mai

24 avril 18:34

Ayline Olukman et Julien Diez exposent à la galerie DODA …

11 janvier 07:26
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
  Recherche Commercial indépendant en publicité
Premium
Lire +
Dernières Annonces
Maison en pierres
localisation de l'annonce Monségur Vente immobilière
Lire +
Petites escapades bordelaises #1
localisation de l'annonce Bordeaux Exposition et Visite
Lire +
Alvy Zamé s’invite sur la scène bordelaise
localisation de l'annonce Bordeaux Concert et Spectacle
Lire +
Le VOCAL TOUR 2017 donne le tempo à Bordeaux Lac
localisation de l'annonce Bordeaux Concert et Spectacle
Lire +
Recherche Commercial indépendant en publicité
localisation de l'annonce Bordeaux Offres d'emploi
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement