Bordeaux

Encore de l’excellent Serin face à La Rochelle

Une mi-temps pour chaque équipe avec une UBB en panne en seconde mi-temps qui permet à la Rochelle de revenir dans la partie sans toutefois prendre le moindre point mais effaçant le bonus offensif des bordelo-béglais.

On reste encore sur des sensations de la saison passée avec une UBB qui coince un peu en deuxième période, voire pas mal, mais qui ayant fait le trou s’appuie sur sa défense pour résister. La Rochelle n’étant pas sortie des vestiaires en première mi-temps, les locaux se sont employés à se mettre hors d’atteinte avec un Baptiste Serin rayonnant à la manœuvre qui d’entrée a frappé un grand coup, c’est un peu sa marque de fabrique ces temps ci, surprendre le plus tôt possible. Une première mi-temps d’école où l’UBB a à peu près joué tous les coups retrouvant un peu de son lustre passé avec des avants marchant sur l’adversaire avec ce contre sur une balle échappée par les rochelais et ramassée par Marais qui sert Diaby qui file au milieu des perches sur la sirène. Sur ce qu’on a vu en première mi-temps on tient une équipe type où Seuteni et Radradra n’ont pas forcément leur place au centre, car les français s’entendent bien derrière avec un Ducuing qui récupère tous les engagements longs de l’adversaire sans commettre la moindre faute. Les anciens rochelais de l’UBB ont voulu aussi se mettre en évidence Amosa a marqué son essai et Kaulashvili s’est employé sans compter. A voir le travail effectué par les avants on est en droit de se demander si ce n’est pas le système Poux qui ne prend pas le pas sur le système Teague.

En seconde mi-temps l’entrée de Bourgarit, Sazy et Gourdon a fait un bien fou à la Rochelle qui avait tenté de relever la tête en fin de première mi-temps, sans succès sauf sur l’action de Retière qui envait envoyé Sinzelle à l’essai. Du côté bordelo-béglais on a assisté au retour de Maynadier dont Teague voulait se séparer montrant bien que Teague n’a pas forcément raison dans ses choix à l’UBB. On l’a vu du reste, assez muet sur la touche durant cette seconde mi-temps. Ce qui est sur c’est que le banc bordelo-béglais n’est pas encore tout à fait à la hauteur avec les absences de Tauleigne, Houston en troisième ligne et de Delboulbes , Kovekalou en première ligne, de Lesgourgues à la mêlée, de Matthieu Jalibert voire de Julien Rey. Ce qu’a montré l’UBB en seconde mi-temps est aussi intéressant avec cette solidarité sans faille, cette défense agressive et souvent gagnante. Par contre dans ce secteur on commet des fautes sous la pression comme en témoigne les cartons jaunes écopés par James et l’ancien treiziste Nabuli qui a tendance à plaquer un peu haut comme tous ses congénères. Il est évident que les plaquages haut vont être de plus en plus sanctionnés de carton et que cela va coûter cher si on apprend pas à se baisser. Au fil des matchs Alexandre Roumat s’affirme comme un remarquable pourvoyeur de balles en touche et si le retour de Maynadier est encourageant il semble encore manquer de compétition. En attendant l’UBB recolle au peloton de tête lui permettant pour l’instant d’entretenir ses espoirs de qualification. Le point noir est pour la trésorerie qui ne s’y retrouve pas dans cette enceinte en dessous de 35.000 spectateurs.

Union Bordeaux Bègles :34 (4 essais Lonca 2ème, Amosa 18ème, Pélissié 31ème, Diaby 40ème ; 2 pénalités Serin 8ème, 15ème ; 4 transformations Serin 3ème, 20ème, 32ème, 41ème)

Stade Rochelais : 22 (3 essais Rattez 36ème, 70ème, Sinzelle 61ème ; 1 pénalité West 11ème, 2 transformations West 38ème, Lafaga 71ème)

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda