La Réole

Du béton ciré dans un ancien monastère en Gironde

Intervenir sur un bâtiment ancien, et protégé reste toujours un défi. Une partie du prieuré des bénédictins de La Réole (33) vient d’être transformée en médiathèque, un chantier exigeant pour ne pas trahir l’existant.

Un projet culturel de coopération intercommunale
La communauté de communes du Réolais Sud-Gironde (RSG), sous la présidence actuelle de Francis Zaghet, a initié en 2010 le projet d’un réseau public de lecture hiérarchisé avec deux points d’ancrage, dont la médiathèque de La Réole. Le périmètre du projet a changé, la communauté de communes s’étant étendue entre-temps, passant de 23 communes et 13 000 habitants à 41 communes et 24 000 habitants.
Par ailleurs, plusieurs hypothèses sur le bâtiment ont été envisagées au fil du temps : construction neuve, rénovation de l’ancienne prison des femmes ou de la bibliothèque occupant une partie du rez-de-jardin du monastère des bénédictins, construit entre 1704 et 1759. Le choix s’est arrêté sur ce bâtiment majestueux qui domine la vallée de la Garonne et accueille, à l’étage supérieur, la mairie et plusieurs services du Trésor public.

Redonner de l’unité au lieu
Le niveau du monastère donnant sur la terrasse à transformer en médiathèque était occupé par la bibliothèque sur 250 m2, mais aussi par une salle polyvalente et des équipements techniques. Il fallait donc reprendre et uniformiser une surface de plus de 600 m2, dégager la pierre des voûtes massives, puis en refaire les joints. Pour le sol, le choix s’est porté sur un béton CEMEX Nuantis® Ciré procédé Solacir interior GCP, version coulis classé UPEC (U3, P3), autonivelant. En amont, une organisation rigoureuse a été mise en place. Le malaxage était manuel et chaque intervenant a été affecté à un poste spécifique. 7 personnes ont travaillé en continu sur une journée. Sur une chape fluide ciment recouverte de résine époxy sablée, la pose s’est effectuée au râteau à picots suivi du passage d’un rouleau débulleur. Après séchage de la couche du coulis de 6 mm d’épaisseur, des joints ont été créés tous les 60 m2. La surface a ensuite été poncée et a reçu sept couches de protection : deux couches de bouche-pores, trois couches de vernis polyuréthane et deux couches de cire. En tout, un complexe de 8 mm d’épaisseur.

Conjuguer histoire et modernité
Ce sol en béton ciré teinté gris clair n’a pas immédiatement remporté tous les suffrages, certains élus étant attachés aux carreaux de Gironde. C’est l’architecte des Bâtiments de France qui a défendu le choix de la maîtrise d’œuvre. La grande nappe miroitante, constituée par le sol en béton ciré CEMEX, donne une impression de force et de légèreté. Elle forme un socle rassurant mais laisse s’exprimer la puissance de la pierre. Le béton ciré dialogue aussi bien avec ce matériau traditionnel et régional qu’avec le bois qui habille les parois. Il sert de trait d’union entre la pierre et le bois, apporte sa touche de modernité et fait entrer ce prieuré chargé d’histoire dans le monde d’aujourd’hui et de demain.

Ecrit par La rédaction


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda