Comment investir dans le vin et diversifier vos placements ?

Le marché mondial du vin est dominé par l’Union européenne, qui produit en moyenne 167 millions d’hectolitres par an avec 45% des superficies viticoles. À l’occasion de la rencontre avec le Commissaire européen de l’Agriculture, les représentants de l’industrie viticole française ont pu discuter de l’avenir du vin en France et en Europe.

La réforme de la PAC en 2020 n’est pas une bonne nouvelle
La réforme de la politique agricole commune (PAC) qui doit avoir lieu en 2020 n’est pas une bonne nouvelle pour l’industrie française du vin qui peut se targuer d’un excédent commercial de 11 milliards d’euros grâce à un modèle qui fonctionne très bien. Pour le président de la Confédération Nationale des producteurs de vins (CNAOC), Bernard Farges, il est essentiel que la viticulture française conserve ses outils de compétitivité uniques.

L’industrie viticole est très régulée en Europe
Après la suppression des quotas sur le lait et le sucre, l’industrie du vin est le dernier secteur agricole européen à subir des quotas de production. La Commission européenne n’était pas parvenue à les supprimer lors des renégociations sur la PAC en 2012. Ainsi, le secteur reçoit chaque année plus de 280 millions d’euros de l’Europe en échange d’une régulation et d’un contrôle très stricts.

La France numéro deux mondial du vin
Même si la production française a baissé de 12% en raison d’une météo déplorable en 2016, l’hexagone reste numéro deux mondial du secteur derrière l’Italie. D’autres pays ont subi des revers climatiques qui ont fait chuter leur production comme l’Argentine et le Chili, qui ont perdu 35% et 21% de leurs récoltes l’an dernier. Ainsi en 2016 la production mondiale de vin a régressé de 5% pour atteindre 259 millions d’hectolitres. Tout comme les CFD à risque limité sur Forex, celui du vin pourrait permettre de diversifier vos placements.

L’hexagone défie la mondialisation
Certes, la France a perdu son titre de premier producteur mondial de vin et passe derrière l’Italie. Mais ses vignobles restent les plus diversifiés et ses grands crus sont enviés de tous. Si la France possède de nombreux atouts pour rester sur le podium des exportateurs de vins, il est nécessaire de régler le problème des coûts de production trop élevés et de l’atomisation de son offre. Depuis quelques années, la concurrence a surgi d’Europe du Sud, puis du Nouveau Monde avec en tête la Chine, l’Afrique du Sud et les États-Unis.

La France boit du vin, l’Allemagne de la bière
D’après les sondages, le vin est la boisson alcoolisée des français, des italiens, des portugais, et des anglais ! Ces derniers ont beau être de grands amateurs de bières, il ne s’agit que du deuxième alcool consommé dans le pays derrière le vin. Si le Royaume-Uni contredit les clichés, cela n’est pas le cas pour l’Allemagne, la Belgique et la Pologne qui optent pour la bière. Enfin l’Ukraine, la Bulgarie et la Russie préfèrent les spiritueux tels que la vodka. L’Estonie reste le pays européen où l’on boit le plus, avec 15 litres d’alcool par an et par personne. À titre de comparaison, le niveau s’établit à 11,7 litres en France.

Ecrit par La rédaction