Bordeaux

Bénévoles, sans eux le BGF n’existerait pas.

Pour sa quatrième édition, le Bordeaux Geek Festival peut une nouvelle fois compter sur l’association Mandora et ses 300 bénévoles. Toujours indispensables, ils ne sont toutefois que très peu mis en avant.

Les 19, 20 et 21 mai au Parc des Expositions de Bordeaux se déroulent le BGF, Bordeaux Geek Festival. Il est né d’une coproduction entre le CEB, l’agence événementiel Lenno et l’association Mandora. Si Marcus, Bob Lennon ou encore Guss DX représentent la culture digitale française, l’événement a dépassé nos frontières. En effet les très connus Sylvester McCoy ou autre Ross Mullan. Un grand nombre de festivaliers sont attendus pour ces trois jours. Mais qui sont là pour les accueillir ? Qui sont là pour tenir les stands ? Qui sont là pour que tout se déroule bien ? Beaucoup de questions pour une seule réponse : les bénévoles. Créée sur la loi de 1901, il y’a plus d’une quinzaine d’années l’association Mandora organise certains évènements. Le premier fut Animasia à Pessac, la réussite étant au rendez-vous il dut déménager ici, à Bordeaux Lac. « On a un vivier de bénévoles toujours hyper motivés. » s’enthousiasme Elodie Barthélémy membre du conseil d’administration.

Elodie Barthélémy

Si la même passion anime les membres de l’association, les centres d’intérêts gravitent autour de la Pop culture, de Jap animation et aussi l’univers geek et comics. C’est peut-être la seule condition. Mineurs ou séniors, hommes ou femmes, handicapés ou valides. « La complémentarité est notre force. » se félicite Elodie. Parmi les bénévoles, Charly Lavigne est là depuis treize ans, s’il ne s’imaginait pas être là aujourd’hui, il voit son avenir au sein de Mandora. Un bénévole doit savoir porter plusieurs casquettes, et c’est son cas. Référant runner, coordinateur du pôle invité et organisateur de ludomando sont les postes qu’il occupe. « C’est toujours un plaisir, même s’il y’a beaucoup de travail et du stress. » Si un emploi est synonyme de rémunération, le bénévole lui, ne touche rien, n’a pas de retour financier. Ce n’est donc pas l’argent et encore moins la reconnaissance qu’il cherche. « Les trois nuits vont être très courtes mais on est tellement heureux de venir qu’au final on est pas fatigué. » conclue Charly.

Une bénévole facilement reconnaissable

Il est important de noter que les bénévoles prennent sur leur temps libre. Les membres les plus anciens n’oublient pas de citer Jean Eustache. Non pas le réalisateur mais le cinéma de Pessac. C’est là-bas que se retrouvaient les membres pour parler de culture asiatique. Depuis sa création l’association ne cessent de s’agrandir « On fait des sessions de recrutement. » Si 300 bénévoles sont recensés seulement la moitié sont présents sur le Bordeaux Geek Festival. En effet il faut faire avec les aléas de la vie. Le travail professionnel passe avant. « On ne peut pas faire tous les événements à cause de cette contrainte. » continue Elodie Barthélémy. Une des caractéristiques du bénévole est qu’il partage les hobbies que la personne qu’il renseigne. Il est important de noter que lors du festival les membres de Mandora ne voient que très peu le travail qu’ils ont réalisé. En tee-shirt rouge ou bleu, dans les allées du Hall 3 ou à l’extérieur vous les reconnaîtrez, ce sont eux les bénévoles. Et surtout n’oubliez pas, sans eux le Bordeaux Geek Festival n’existerait pas

Ecrit par Thomas Lalande


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda