Bordeaux

Une synergie nouvelle entre Pitaya et TukTuk

Cette synergie se fait autour de saveurs et de sensations Thaï entre street food indor et déplacement en véhicules tricycles. Si la cuisine offerte est pratiquement à l’identique de ce que l’on trouve en Thaïlande, par contre le Tuk Tuk lui, au lieu d’être thermique est à traction électrique moins bruyante et plus écologique.

A la base de ces projets de développement pour les restaurants Pitaya et pour Tuk Tuk 33, ce sont des bordelais qui sont à la base, qu’ils soient natifs ou d’adoption, adoption presque toujours liée à un coup de cœur pour la ville. Le premier restaurant Pitaya s’est installé en 2011 avec l’ouverture place Fernand Lafargue, c’est un restaurant calqué sur la restauration de rue Thaï sauf que là on peut s’attabler et s’abriter. Il se distingue par un service extrêmement rapide, idéal pour manger sur le pouce durant une petite pause déjeuner. Les plats servis sont essentiellement cuisinés au wok et les ingrédients utilisés sont frais. Le tout est préparé sous vos yeux et vous pouvez emporter ce que vous n’avez pas consommé. La formule plait car bientôt un cinquième Pitaya va s’ouvrir au 275 de la rue Sainte Catherine après celui de la rue Saint Rémi en 2012, puis celui de la place Charles de Gaulle à Mérignac en 2013 et le quatrième aux Capucins depuis novembre 2013.
On cuisine devant vous
Ce genre de restauration n’a pas besoin d’une très grande place pour s’implanter car par exemple rue Saint-Rémi le midi c’est sur 50m² 200 repas servis. Le concept a été élaboré par Mr Li qui a monté le premier restaurant mais maintenant les restaurants sont franchisés et c’est Stéphane Ruelloux qui s’occupe du développement de la franchise avec des objectifs ambitieux. Il a surtout l’ambition de développer l’emploi local et de faire appel au maximum aux producteurs locaux car tout est frais. Parallèlement pour Tuk Tuk 33 et Moussa Sangaré qui s’appuie sur le même type de développement, il a eu l’idée après un séjour en Thaïlande d’importer le concept du Tuk Tuk (prononcé touk-touk) mais adapté à nos exigences écologiques et c’est le néerlandais Tuk Tuk Factory qui s’est lancé dans l’aventure avec son e-Tuk, qui combine le look néo-rétro des tuk-tuk thaïlandais avec une motorisation électrique performante. D’après ceux qui connaissent les tuk tuk thaïlandais la version européenne chaloupe beaucoup moins et les conducteurs sont beaucoup, mais beaucoup plus raisonnables.
Le Tuk Tuk garé devant le Pitaya des Capucins
Le Tuk Tuk est un instrument de promenade et non un taxi bon marché comme en Asie où il a supplanté les vélos-taxis. Ce genre de véhicule thermique a été un moment fabriqué en Italie où dès 1948 Piaggio lança une version utilitaires à 3 roues de son célèbre Vespa sous le nom Ape (abeille), dont quelques exemplaires ont été transformés pour le transport de passagers mais la législation est floue autour de ce véhicule et leur utilisation tient au bon vouloir des maires. Tuk Tuk 33 exploite 8 machines à Paris et il est prévu d’en exploiter 5 à Bordeaux. Le Tuk Tuk est aussi un excellent support de Street Marketing et la publicité pour le Pitaya est un pelliculage qui est effectué à Bordeaux car bien sur toujours, l’objectif de faire travailler les entreprises locales. Pour le développement de Tuk Tuk 33 Moussa Sangaré s’est adjoint les services de Hocine Aitali comme conseil. Le Tuk Tuk est un véhicule aussi utilisé pour les mariages mais sa capacité reste restreinte et il sert plutôt de véhicule d’apparat décalé et la demande est forte. Comme on peut le constater il répond à de multiples usages et sa polyvalence est très appréciée.
Stéphane Ruelloux et Hocine Aitali
Les deux labels ont donc décidé de s’accompagner mutuellement dans leur développement et leur offre de franchise, tout en sachant que parfois le développement parallèle sur un même site ne sera pas forcément possible car l’architecture et la fréquentation du site conviendra à l’un mais pas forcément à l’autre. A travers ces entreprises on s’aperçoit qu’à Bordeaux il y a de l’idée et des gens entreprenants ce qui dynamise la ville en premier lieu mais il compte bien exporter et franchiser leur savoir faire.

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda