Réduction des dotations… augmentation du chômage !



Publié le 28 juin 2014 à 10:30

Point de vue


En politique quand on tente de faire le grand écart le risque est très grand de finir avec un claquage aux adducteurs de droite et de gauche. C’est une réalité que le gouvernement n’a toujours pas comprise alors que tous les symptômes de la déchirure profonde sont patents. Il faut reconnaître une certaine lucidité à Manuel Valls quand il annonce la « mort de la Gauche » mais, si je partage son diagnostic, je ne partage pas les analyses qui sont les siennes. Pour le chantre du modernisme gouvernemental cette disparition programmée repose sur le refus par une majorité de militants de soutenir sa politique présentée comme inexorable pour le sauvetage du pays ! Je pense plutôt que la gauche risque de disparaître car elle n’est plus novatrice, lieu de débats réels, recroquevillée sur de fausses certitudes technocratiques, incapable de se tourner vers les préoccupations très diversifiées des gens, tétanisée par le monde du profit et surtout persuadée que son échec n’est dû qu’à une mauvaise communication, que les choix effectués ne sont pour rien dans le marasme actuel. En fait on a véritablement l’impression que sur la passerelle du navire battant pavillon socialiste on navigue dans les écueils au sondage sans véritable carte et même sans boussole.
Prenons un exemple concret. La priorité des priorités serait celle de l’emploi avec l’espoir qu’en 2016 la courbe du chômage, quelques mois avant les présidentielles soit durablement inversée. Toutes les mesures prises (mal assurées car très artificielles) visent à obtenir ce résultat réputé être le seul susceptible de redonner de son lustre au socialisme « hollandais ». On va d’exonération en exonération, de soutien en soutien, de dérégulation en dérégulation, de déclaration d’intention en déclaration d’intention, de prévision de croissance en prévision de croissance sans avoir la moindre certitude sur le résultat. C’est un mélange de discours incantatoires et de pieuses résolutions sous l’œil goguenard de Bruxelles. Une partie de cette Gauche que ne veut pas voir Valls n’arrive absolument pas à inverser les options présentées comme les seules possibles, car son discours reste trop abscons. En fait il suffirait de rappeler deux principes clés de la sauvegarde de l’emploi : on n’embauche que quand on a des clients ayant recours à votre activité et on ne peut pas se développer quand il n’y a plus d’investisseurs. Or tout est fait dans le contexte actuel pour s’écarter de ces éléments clés pour un nouveau départ économique. En 2016 la situation s’aggravera au lieu de s’améliorer. Quand on examine les récentes décisions prises sur la réforme territoriale (indispensable et que je ne refus pas !) on peut sans être un grand devin prévoir un effondrement dramatique de l’investissement public. Les 27 milliards de réduction des subsides de l’État pour le bloc communal, les départements et les régions va en effet précipiter vers une violent cure d’austérité les programmes de construction et d’aménagement. D’abord parce que faute d’autofinancement suffisant il ne se leur sera plus possible de donner du travail à des milliers de personnes dans les secteur du BTP. Moins de chantiers, moins de flux commerciaux, moins d’emplois, moins de cotisations sociales, moins rentrées fiscales et donc au bout un marasme garanti. Pour 2015 on s’en tirera tant bien que mal en revanche dès 2016 et en 2017 la réduction des dotations aura des conséquences dramatiques pour l’emploi. Ainsi les communes verront leur taux d’épargne passer de 16,5 % à… 10,8 % ce qui les obligera (si elles souhaitent le maintenir pour investir) à augmenter chaque facette de la fiscalité locale en 2016 de 16,5 % et à réduire leurs dépenses de fonctionnement de 7,7 %. Pour les départements le taux d’épargne ne pourra être maintenu qu’avec une réduction du fonctionnement de… 19,3 % (pour les dépenses non obligatoires dont les subventions) et d’augmenter le foncier bâti de… 34,3 % (ou de 25 % pour 70 % des conseils généraux). Résultat une capacité de remboursement des dettes qui passera de 4 ans à 8,2 ans ! C’est l’asphyxie garantie. Il est certain que les conseils généraux n’ont plus aucune marge de manœuvre et que les prévisions en matière de collèges, d’infrastructures, de soutien aux communes, de participation à la vie associative dis^paraissent dès 2016 du paysage ce qui va renforcer la fragilisation des communes.
Il faut m’expliquer ce que la réforme fera économiser…Il va falloir des trésors d’imagination à Pôle emploi pour masquer une déferlante de chômeurs (fin des chantiers LGV, pas de lancement des travaux pour les transports en site propre, plus d’investissements en matière d’eau et d’assainissement, disparition des subventions associatives…) venant de la stagnation des constructions et du désengagement des collectivités. Les banques plutôt que de prêter au milieu économique et de payer la BCE pour placer leur fric (intérêts négatifs) se précipitent vers les communes ou les départements pour placer leurs fonds qu’elles ne veulent pas injecter dans l’économie réelle jugée encore plus fragile à terme. Elles savent qu’elles seront obligées de s’endetter pour faire face aux besoins et que si les impôts nationaux baissent à la marge, les élus locaux seront bien contraints d’assumer des hausses inimaginables de leur fiscalité ! Encore une fois c’est probable que la Gauche soit condamnée à des jours sombres !


Jean-Marie Darmian


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet

Fillon, vers un rassemblement (...)


le 4 janvier 2017 par Dominique Mirassou
Alors que nombreux sont ceux qui pensent que François Fillon va devoir (...)

La fin du cumul des mandats ?


le 13 janvier 2017 par Dominique Mirassou
Le soi-disant « talent exceptionnel » et l’énergie de nombreux députés-maires (...)

Une Primaire de la gauche, très (...)


le 16 janvier 2017 par Dominique Mirassou
Entre un Benoît Hamon, orateur précis et sérieux, parfait représentant de la (...)

Des Saint Barthélémy à grande échelle


le 23 août 2014 par Jean-Marie Darmian
Il existe en France un syndrome puissant de renoncement à voir la vérité en (...)
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
Dernières Annonces
Nouvel An Chinois aux Vignobles des Quatre Vents
localisation de l'annonce Margaux Autres
Lire +
Célébration du nouvel an berbère : COUSCOUS suivi d'une soirée dansante
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Balade sur la Garonne et dégustation de galettes des rois
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Concert
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Téléviseur Samsung
localisation de l'annonce Bordeaux Images et Sons
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement