Le millésime 2015 vu par des coups du cœur du dernier guide Hachette.

Le millésime 2015 promet d’être très beau, comme en témoignent des viticulteurs coups de cœur du guide Hachette 2016. Précoce dans toutes les couleurs, rouges, blancs secs et liquoreux, la vendange a livré des raisins très sains car protégés par des peaux épaisses. Toutes les conditions pour donner une belle voire une grande année

« Pour les cèpes ça n’a vraiment pas été terrible cette année » Cette réflexion d’un amateur de champignons passant au salon du livre de Sauveterre-de-Guyenne, le 18 octobre, est parfaitement justifiée, même si elle appellerait à être nuancée ici ou là. Et comme c’est assez souvent le cas une année plutôt médiocre pour les cèpes ou les girolles est bénie pour les vins, la sécheresse qui nuit aux uns étant bénéfique pour les autres.
Maître Lapouge (château des Arroucats, coup de cœur en Sainte-Croix du mont), Bernard Vincent (château Naudy, coup de cœur pour son Bordeaux Supérieur), Stéphane Rosa directeur du Guide Hachette et Yves d'Amécourt (château Perrou la Baragoule, coup de cœur en Monbazillac)
D’abord pour les rouges. Après un mois de juillet un peu inquiétant par sa sécheresse, des pluies d’orage en août ont permis de limiter le stress hydrique. Même les pluies de septembre n’ont pas eu d’effets négatifs, les raisins ayant été protégés par des peaux épaisses. Le résultat est une vendange de belle qualité. Ancien professeur au lycée de La Tour Blanche et coup de cœur pour son bordeaux supérieur 2013 (ch. Naudy) Bernard Vincent observe que l’on a obtenu « un jus concentré et très coloré, avec du fruit et de beaux tanins ». Pour lui on peut espérer un vin du niveau du 2005 ou du 2009. Mais il faut attendre au moins la fin des « malos » (fermentations malolactiques) pour se prononcer. Quantitativement, on enregistre des résultats très différents selon les secteurs. Ainsi si les rendements ont été faibles dans les Coteaux de Garonne (secteurs de Cadillac et Sainte-Croix) ils ont été bons à quelques kilomètres de là dans le autour de Sauveterre.
Soirée du Guide Hachette
Du côté des blancs secs, on s’attend à une bonne année, la récolte ayant été là aussi précoce, mais pas à un aussi grand millésime qu’en rouge, certains vins manquant un peu d’acidité et de fraîcheur. En revanche du côté des liquoreux les viticulteurs ont profité d’un botrytis de qualité. Les vignerons sont unanimes : « C’est le meilleur millésime depuis 2003 ». Et comme pour les vins rouges et blancs secs, la réussite ne s’arrête pas aux limites du département de la Gironde. Cité pour ses bordeaux et entre-deux-mers (ch. Bellevue), Yves d’Amécourt a eu un coup de cœur pour son monbazillac (ch. Perrou-la-Baragoule). Pour lui, même s’il y a eu – comme d’habitude – un retard d’une dizaine de jours dans la maturation, les conditions ont été parfaites. Dans le Bergeracois comme en Bordelais, tout annonce une grande année, voire un millésime d’anthologie. Mais, comme le rappelle lui aussi Yves d’Amécourt, il convient de rester prudent et d’attendre la fin des vinifications pour avancer des hypothèses plus fondées. Une chose est sûre : ce sera un beau millésime. Reste à espérer d’ici quatre ou cinq ans une bonne saison à cèpes pour réussir un bel accord gourmand à garder dans la mémoire gourmande du livre de cave.

Ecrit par Antoine Lebegue


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda