Union Bordeaux-Bègles

L’Union explose à Oyonnax et encaisse près de 40 point

Oyonnax n’avait pas besoin de l’appui inconditionnel de l’arbitre pour démontrer qu’il était le plus fort en cette belle soirée d’été. Ainsi une Union complètement tétanisée par l’arbitrage à totalement raté sa première mi-temps et à 30 à 12 à la pause la messe était dite.

Même si une partie de l’effectif a changé à Oyonnax, l’empreinte Urios est toujours là et les Oyomen ont démontré qu’ils n’avait rien perdu de leur sens du combat et de l’engagement. Le successeur du talonneur Urios, le talonneur Azam a battu l’équipe du talonneur Ibanez alors qui est à l’honneur ? Surement les joueurs de l’équipe d’Oyonnax mais ces joueurs n’avait pas besoin de cet espèce d’arbitrage à sens unique pour prouver leur supériorité. Les bordelo-béglais sont complètement passé à travers d’une première mi-temps dans laquelle ils se sont fait surclasser dans tous les compartiments du jeu comme s’ils n’osaient le moindre geste. Les trois premières pénalités encaissés sur un arbitrage contestable en faveur d’Oyonnax ainsi que l’essai de pénalité ont totalement tétanisé l’Union et on pouvait se demander si l’Union n’allait pas prendre une pénalité à chaque respiration et jouait comme anesthésié par l’arbitrage, non pas que l’Union ne commette pas de fautes, mais certaines décisions ont semblé pour le moins surprenantes. Pourtant à un moment l’Union par la botte de Bernard était un peu revenu dans le match mais le coup de massue de l’essai de pénalité a fait sortir l’Union du match et elle a encaissé deux essais supplémentaires dans cette mi-temps galère.
Excellente rentrée en seconde mi-temps de Benat Auzqui
L’Union a un peu retrouvé ses esprits en seconde mi-temps mais elle savait qu’elle ne pourrait pas inquiéter Oyonnax et la preuve en a été fourni par l’essai refusé à Baptiste Serin alors que l’arbitre avait accordé celui de Sheridan en première mi-temps alors que Tian était passé en touche Mr Chalon se gardant bien alors de demander l’arbitrage vidéo. Le carton jaune alibi infligé à ce même Sheridan pour se dédouaner à la 72ème minute n’avait que valeur de compensation car le péché était véniel bien que répété. Au chapitre des satisfaction spour l’Union la bonne solidarité encore une fois en défense ou quelques retours ont évité une addition plus lourde et l’essai de Connor qui prouve que c’est un ailier avec lequel il faudra compter dans ce championnat car il partage déjà la tête des marqueurs d’essais avec quatre autres joueurs (Alexandre, Flynn, Jedrasiak, Masoe) et Bernard régulier dans ses tirs. A y regarder de près au décompte des points l’Union fait jeu égal avec Oyonnax en seconde mi-temps (7-7) ce qui prouve qu’il y a eu un certain redressement. Face à ce type d’équipe n’aurait on pas intérêt à utiliser une troisième ligne puissante, type Taulaigne, Goujon Clarkin car la puissance a fait un peu défaut face à des Oyomen déchaînés. Un match a vite oublier.

U.S. Oyonnax : 37 (4 essais pénalité 26ème, Sheridan 29ème, Jenneker 35ème, Marco 60ème ; 3 pénalités Robinson 4ème, 8ème, 13ème, ; 4 transformations Robinson 26ème, 29ème, 35ème, 60ème )

Union Bordeaux Bègles : 19 (1 essai Connor 65ème ; 4 pénalités Bernard 18ème, 20ème, 28ème, 40ème ; 1 transformation Bernard 65ème

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda