L’Extraordinaire Bordelais Emile Cousinet « Roi du Nanar Franchouillard »



Publié le 10 avril 2013 à 22:05

Cinéma & Spectacles

JPEG - 36 ko

Emile Cousinet dit Couzinet (1896-1964), naquit le 12 Novembre 1896 à Bourg sur Gironde. Fils d’un menuisier, il devient projectionniste ambulant, puis directeur du Casino de Royan. Dans les années 20, il décide d’investir dans l’exploitation de salles de cinéma, y compris d’art et d’essai


En 1930, à cause de la concurrence effrénée des barrières de Bordeaux, il acquiert ses propres studios, les Studios de la Côte de Beauté, un complexe cinématographique installé dans la station balnéaire de Royan.La réalisation de ses films suscitait dans le pays une animation remarquable et remarquée. La sortie sur les écrans de la région d’un film tourné à Royan, constituait un événement. Les salles étaient prises d’assaut par le public, et on faisait la queue au cinéma.

Un film d« Emile Couzinet » devenait insensiblement synonyme de spécialité du pays ! Après la destruction d’une partie de la ville, et la réquisition des studios par les Allemands, à l’issue de la seconde guerre mondiale, il recrée ses studios à Bordeaux, qui prennent alors le nom de Studios de la Côte d’Argent. Fréquemment architecte et designer de la quinzaine de salles qu’il possède à Bordeaux, Couzinet va jusqu’à rivaliser avec deux importants exploitant de la ville d’alors, au point de rentrer avec eux dans une concurrence frontale que la presse locale appellera « la guerre des barrières ». Il produit lui-même des vaudevilles dont il est aussi le scénariste (à l’occasion sous le nom de Robert Eyquem), parfois au premier degré ou un peu grivois, souvent adaptés du théâtre de boulevard.

L’ « Homo Couzinus » ne recule devant aucune énormité, et ses acteurs travaillent la vulgarité comme une matière noble. Intégrant dans une logique industrielle novatrice, production, distribution et diffusion de ses propres films, Couzinet à la tête d’un véritable empire cinématographique, peut-être considéré comme le pilier représentatif du cinéma populaire de l’époque, son célèbre slogan est : «  On y rit, on ira ». Attaqué par les critiques littéraires, il n’en rencontre pas moins un immense succès, en restant parfois plus d’un an à l’affiche. « Je suis un paysan, j’ai de la paille dans mes sabots, je ne cherche pas à remporter le prix du Festival de Cannes, mais à offrir aux travailleurs, à la ménagère, une distraction saine et facile pour le samedi soir  ».

Il fera débuter de jeunes acteurs comme Jean Carmet, ou plus tard Robert Lamoureux, travaillera avec Jane Sourza, Nathalie Nattier, Pierre Larquey (natif de Cénac), Jeanne Fusier-Gir, Charpin, Jean Chevrier, Robert Vattier, Jean Tissier, Gabriello .... autant de grands acteurs de l’époque. Roi du nanar franchouillard, il ne manquait pas d’imagination, et l’on raconte que trop fauché pour payer 20 .000 francs à l’actrice de son film Buridan afin qu’elle montre ses seins, il lui en a proposé 10.000 pour n’en montrer qu’un seul !!! Surnommé encore avec humour « Citizen Couzinet » probablement parce-que son indépendance rappelait Kane, et le niveau de son inspiration les plafonds bas de Wells. Il fut aussi qualifié de plus « flamboyant rêveur du cinéma français » ou encore de « Napoléon du navet ».
Emile Couzinet fut producteur, metteur en scène, réalisateur, scénariste, distributeur et exploitant ... plus que Charlie Chaplin qui ne fut pas exploitant. Il organisait de nombreux concours pour sélectionner de jeunes et futures vedettes, et faisait de nombreuses avant-premières pour mieux lancer et vendre ses films. Dans le contexte de concentration de l’industrie cinématographique, l’empire Couzinet va cependant progressivement péricliter à partir de la fin des années cinquante, et cet étonnant personnage, incomparable animateur du cinéma dans le sud-ouest, va décéder le 25 Octobre 1964.
Extraits de sa Filmographie :
1939 L’Intrigante ou la belle bordelaise.
1943 Le brigand gentilhomme.
1949 Trois marins dans un couvent.
1952 Trois vieilles filles en folie.
1952 Quand te tues-tu ?
1953 La famille Cucuroux.
1954 Le Congrès des belles-mères.
1956 Mon curé champion du régiment.
1959 Quai des Illusions.
1962 Césarin joue les étroits mousquetaires.
Vraiment tout un programme …….
Emile Couzinet eut un assistant qui deviendra plus tard très célèbre : Sergio LEONE !!!
Sources : Histoire des Maires de Bordeaux - Les dossiers d’Aquitaine.


Dominique Mirassou


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet
JPEG - 47.9 ko

Le Jam Attitude fait son Cabaret

| le 19 janvier 2017
Samedi soir le Jam attitude Show fêtera ses cinq bougies sous le signe du Cabaret à la salle de Bellegrave de Pessac.
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
Dernières Annonces
Nouvel An Chinois aux Vignobles des Quatre Vents
localisation de l'annonce Margaux Autres
Lire +
Célébration du nouvel an berbère : COUSCOUS suivi d'une soirée dansante
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Balade sur la Garonne et dégustation de galettes des rois
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Concert
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Téléviseur Samsung
localisation de l'annonce Bordeaux Images et Sons
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement