Bordeaux

INTIMES CHAHUTS AU MAESTRO

Au dernier jour du festival des arts et de la parole, nous avons assisté à la rencontre de Julien Fournier avec le public.

Sur un coin de table, Vincent Marco, « Vincent comme Vincent et Marco comme Marco », dessine dans un petit carnet. En discutant avec lui, l’artiste confie qu’il est là pour aider ses amis organisateurs en captant par ses croquis les ambiances et les instants du festival. Des centaines de petits traits sur des dizaines de pages se succèdent, pour former les contours de ses diverses rencontres sur le festival. Ayant déjà travaillé avec Einstein On The Beach, il apprécie ces moments où se mêlent les arts et les personnalités, livrant être aussi musicien. Tous ses croquis seront publiés sur le site de Chahuts prochainement, mais ses grandes fiertés se trouvent sur son blog .
Vincent Marco dessinant dans la cour du Maestro
Mais le festival ne serait rien sans l’aide de ses précieux bénévoles. Céline et Yollande expliquent qu’ils sont une vingtaine de bénévoles comme elles à prêter main forte. Pour la première, c’est par le biais d’un stage préalable qu’elle a voulu se lancer dans l’aventure Chahuts. Titulaire d’une licence en arts du spectacle, l’aspect organisationnel l’intéresse, mais elle apprécie pouvoir faire partie de ce projet original et spontané. La deuxième est une habitante du quartier, enthousiaste d’être du festival, qu’elle juge aussi important pour la vie locale que passionnant. Yollande aime ce côté innovant et même parfois improbable qui résulte des événements du festival.
Les bénévoles : Céline à gauche, Yollande à droite
L’interview commence et prend vite des allures de discussion dans le jardin. Récits de vie, philosophie, politique et même géographie, les sujets s’enchaînent et le temps s’écoule doucement au fil des voix de Yan et Julien. (L’interview sera diffusée sur le site de Chahuts)
Après de longues minutes de présentation, on commence à mieux cerner l’artiste. Ludophile, musicien mais pas vraiment, ( « Je ne suis pas un musicien » déclare t-il en expliquant que pour une performance il s’est déjà servi de guitares comme des battes de baseball ), il est aussi pédagogue. Son jeu de l’oie du spectacle, qu’il présente plus tard la même journée, est l’occasion d’un atelier d’apprentissage pour monter son projet artistique. Des clés pour faire sa pièce et comprendre les mécanismes de la création d’une idée à son aboutissement.
Et l’interview se poursuit ainsi, offrant au public de Chahuts un aperçu des artistes présents, une bribe de parole et un moment de partage dans un cadre propice à la flânerie et aux rencontres.
Julien Fournier à gauche interviewé par Yan Beigbeder à droite

Ecrit par Gabriel Taïeb


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda