Bordeaux

Hot en haut et soft au rez de chaussée

Avec ce retour au H14 le salon Eropolis sépare bien la partie Hot et la partie Soft. Le rez de chaussée se présente comme un vaste, très vaste sex-shop ou l’on trouve une foule de stands très divers ouverts à tous. A l’étage c’est plus la tendance chaude voire très chaude qui est mise en avant avec des spectacles plus tournés vers le X.

Le demarrage samedi s’est accompli lentement et particulièrement à l’étage "hot" par contre le rez de chaussée s’est très vite rempli avec une clientèle qui comprenait près de 40% de sujets féminins, ceci prouvant qu’il n’y a pas que les hommes qui s’intéressent à l’érotisme pour ne pas dire plus. En 2015, il semble bien que plus personne n’a de complexes face un sujet qu’il y a encore cinquante ans à peine était considéré comme tabou et dont on parlait tout bas dans les alcôves. On a pu ainsi voir tout genre de promotion, comme celle pour pour paraitre mince pour une soirée grâce à une application de produit à base de plantes sur un support léger que l’on applique aussi bien sur le ventre que sur les cuisses voire sur le visage pour effacer les rides ou chaque support à la forme adéquate. De la promotion aussi pour des adresses de séjours libertins entre couples dans des propriétés privées, ou pour des séjours en bord de mer dans des lieux connus du grand public.

Bien sur le tatouage était présent comme la peinture sur le corps où absolument sans aucun complexe des jeunes femmes se sont prétées à la démonstration devant de très nombreux curieux. Quand aux articles de toutes natures ils sont légion sur toute la surface avec toute la panoplie habituelle allant des tenues érotiques aux sex-toys les plus récents. Pour qu’il n’y ait pas de frustration un podium installé en fond de rez de chaussée avec bar a vu défiler des shows tout au long de la journée. Eropolis organise, depuis maintenant plus de 10 ans, la plus grande tournée de Salons Erotiques en Europe et Bordeaux reste une de ses grosses destinations. C’est ainsi que ce retour au H14 permet de bien séparer les genres entre l’érotisme et le X mais ce dernier n’effraie plus les dames comme on a pu s’en rendre compte. Si le lieu se prête bien à une bonne organisation, il semble qu’il soit un léger frein à la fréquentation car il est difficile de s’approcher en voiture et surtout de se garer.

A l’étage on trouve bien sur des salons pour des strip-tease individuels avec leurs demoiselles qui offrent leurs services. Un espace de tournage de films X ainsi qu’un espace des phantasmes et toutes ces prestations sont bien sûr payantes. On trouve à l’étage aussi une scène avec présentation de show mais là, sans bourse déliée et bien sur un bar comme à l’étage inférieur. Le marché de l’érotisme et du X représente un chiffre d’affaire annuel mondial de 57 milliards de dollars. C’est un marché où les professionnels français ont beaucoup de mal à se maintenir face a leurs concurrents Allemands qui ont la chance d’avoir une législation plus souple. Il faut noter qu’en Europe c’est encore la France qui a la législation la plus répressive dans certains domaines.

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda