Habillage

Platini vole au secours de Valls suite au pas de clerc du premier ministre qui s’est permis une petite escapade avec deux de ses enfants au frais de la République, pour aller à Berlin suivre son équipe de cœur. Il y a quand même une question que personne n’a soulevée, car son équipe de cœur devrait être l’équipe de France et c’est dans les tribunes dimanche soir qu’il fallait seulement être. Sur le montant de la note après tout ce n’est pas si énorme et on a vu pire mais cela n’apporte pas absolution de la faute car c’est sur l’image du politique en général que les dégâts sont considérables. On va se demander encore une fois pourquoi Marine prend des points mais cela parait évident, aucun effet de rhétorique ne peut blanchir le premier ministre de sa "connerie" alors qu’il demande à tout le monde de se serrer la ceinture. Pendant ce temps son pote Macron prêche pour le travail du dimanche après tout on peut toujours en discuter à une époque où il y a plus de musulmans qui font leur prière dans la rue les autres jours de la semaine que de chrétiens qui vont à la messe le dimanche. Cependant le principe du doublement de la rémunération quel que soit l’employeur et le volontariat affirmé devraient être la règle intangible de cet état de fait car allez demander ce qu’il en est aux employé (e)s des grandes surfaces. La réception de Platini à l’Elysée pour confirmer que Valls s’est déplacé à Berlin pour parler de l’Euro 2016 avec le sieur Michel à quelque chose de pathétique. Il n’y avait pas le feu pour se voir ou alors ils se sont trompés d’année ! Ce n’est pas une ficelle mais plutôt une élingue tellement c’est gros et la justification de rencontre "en tête à tête avant le match" est aussi énorme que les allégations de Blatter avant qu’il ne démissionne. Si effectivement c’est à la demande de Platini que Valls s’est rendu à Berlin tout en se demandant à quel titre les enfants ont été invités, c’est l’UEFA qui doit s’acquitter de la note. En soldant le montant du voyage la validation serait alors faite du bien fondé de l’allégation, quoique, mais qu’on arrête de nous prendre pour des "c..." !

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.