Gauche et Droite ...

Conformément à une idée schématique et fort répandue, la gauche défendrait l’intérêt général alors que la droite, défendrait les intérêts particuliers. Est-ce bien là que se situe la différence majeure entre gauche et droite ?
Les égoïsmes sous divers habillages, tout comme le désir de progrès social sont à l’évidence largement représentés de part et d’autre, quoi qu’en pensent certains esprits simplificateurs, et c’est plutôt dans la conception de l’homme que se trouve une des différences fondamentales.
Alors que la gauche pense que la bonne volonté et la refondation des structures sociales sont susceptibles de rendre l’homme bon, la droite croit au contraire que, même soucieux de solidarité, l’homme est tout autant égoïste, que sans bénéfice personnel il devient vite passif et qu’il importe d’organiser une société où les intérêts particuliers vont fabriquer de la solidarité. Ainsi lorsque la gauche s’indigne devant les inégalités, la droite lui répond qu’à ce jour les pires sociétés ont été les sociétés prétendument égalitaires. La gauche parle au nom de la morale, alors que la droite parle au nom de la nature humaine, même si sous la pression de la réalité, cette opposition fondamentale s’est de nos jours et depuis environ deux décennies, pas mal atténuée.
Alors que les problèmes économiques et sociaux (dette, chômage ….) qui s’avèrent de plus en plus graves sont loin d’être résolus, nos gouvernants actuels s’acharnent à légiférer sur de nombreux sujets sociétaux, à les redéfinir, à intervenir dans notre vie privée et nos consciences, soucieux certainement qu’ils sont de nous conduire vers le bien. Si l’intention peut paraître estimable, ce refus de voir la complexité de la nature humaine, ce sentiment même pas discret de détenir la vérité, cette omnipotence d’une pensée qui ne conçoit quasiment pas la concurrence si ce n’est par des opposants très vite qualifiés de réactionnaires infréquentables, ne sont pas sans inquiéter.
Cet interventionnisme assidu qualifié par certains de « totalitarisme mou », persuadé d’être dans le vrai, désireux de forger nos consciences tout en détournant notre attention des problèmes économiques et sociaux, semble bien par ailleurs, revers de la médaille, réveiller vigoureusement tous les extrémismes, toutes les violences, tous les racismes qu’il prétend pourtant combattre.
Face à ces choix très clairs de nos gouvernants, qu’en est-il de la pensée de droite ??? Est-elle à même d’exprimer des convictions claires, ne serait-ce que pour rééquilibrer le balancier, rappeler que les solutions à priori trop évidentes sont rarement les bonnes, que la conscience ne s’éduque pas mais s’éveille, que ce détricotage des repères sociétaux divise le pays, que cette « bonne conscience agissante » est en train d’alimenter les extrémismes, et qu’avant de parler à nos enfants des stéréotypes sexistes, il serait bien de leur apprendre à tous, à lire et à écrire correctement, etc ……
Quoiqu’en pensent certains, le bien commun est l’affaire de tous et non pas seulement celle d’une « minorité bien pensante ». Est-il encore possible dans notre pays, d’en parler ailleurs que dans la rue, sans pour autant se cantonner dans des oppositions aussi stériles que binaires ?

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda