"Gaspi’Délices" atteint son objectif



Publié le 4 juin 2015 à 14:53 2

Eco-Actu

Le challenge d’Olivier Straehli et d’Elise Madranges était de servir 8.000 barquettes de nourriture sur la journée, barquettes élaborées sur la base d’invendus. Le parrain de cette entreprise n’était autre que le chef François Adamski qui a mis la main à la pâte avec près de quarante autres cuisiniers venu prêter main forte avec une vingtaine de bénévoles.


Tout est parti de Londres avec le banquet des 5.000 dont l’idée a été reprise par Canal + pour organiser de "raouts" télévisuels autour de ce concept de banquet des 5.000. Bien sur l’idée est toujours la même qui est de prouver qu’on jette ce qui pourrait être utilisé. On a épousé le soi-disant progrès des plats cuisinés et du surgelé et quand on est face à du frais on ne sait plus trop quoi faire. On en utilise souvent malheureusement une faible partie et on jette le reste ou on l’oublie dans le "frigo". C’est ainsi que s’est ouvert la société du gaspillage ou pour les riches c’est toujours plus et pour les autres toujours moins. On a totalement perdu de vue ce que savait faire nos anciens et surtout nos anciennes dont la tâche principale était de tenir les fourneaux. Il n’y a pas si longtemps que cela dans une société peut être un peu plus rurale on savait s’organiser pour se sustenter confortablement sans faire déborder les poubelles alors qu’aujourd’hui on croule sous les déchets de toutes sortes. Déchets que certains ne se gênent pas de déposer n’importe où, sans aucun respect pour les autres.

Ces derniers temps, il y a un regain d’attrait pour la cuisine et surtout chez les jeunes mais les vieux ne sont pas en reste. Lors de ce "Gaspi’Délices" qui s’est déroulé sur toute une journée les publics ont été différents en fonction de l’heure. Si le matin, les gens ont fait preuve d’une grande curiosité, à midi c’est un public pressé de déguster qui s’est proposé et dans la soirée, des curieux beaucoup plus décontractés. Le challenge pour les cuisiniers présents c’est de faire face à la montagne d’invendus qu’on leur amène le matin et d’imaginer comment on va accommoder toute cette nourriture hétéroclite entre viandes rouge ou blanche, légumes, salades, un peu de poisson, fruits de toutes sortes, yaourts, fromages avec des packs d’eau mais aucun alcool. C’est l’imagination au pouvoir avec ce dont on dispose et les cuisiniers présents ne se sont pas dérobés et on fait montre d’une grande inventivité. Olivier Straehli et Elise Madrange sont restés sur place toute la journée et ils étaient quelques peu épuisés en fin de soirée ou le site n’a fermé qu’avec la nuit tombée. Globalement une belle réussite même au delà des espérances qui appelle d’autres "Gaspi’Délices".


Bernard Lamarque


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet

Bordeaux : les mégots de cigarettes

| le 19 février 2018
Deux cents millions de mégots (35 tonnes) seraient jetés par terre chaque année à Bordeaux, 250 000 sur la seule place Stalingrad rive droite quartier Bastide.

L214 vous souhaite de « Bonnes Résolutions 2018 »

15 janvier 18:51

Darwin : un fort impact socio-économique sur le territoire bordelais

5 juin 2017 13:24

Quand le CDJ a la main verte.

2 juin 2017 08:54

Océan Climax #2 ouvre Jeudi

7 septembre 2016 09:16

La Promenade Sainte-Catherine, oasis urbaine

21 février 14:20
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
  Recherche Commercial indépendant en publicité
Premium
Lire +
  Meuble TV chinois incrusté
Premium
Lire +
Dernières Annonces
O21, et si on imaginait votre futur ?
localisation de l'annonce Cenon Autres
Lire +
STAGES d'écriture scénaristique
localisation de l'annonce Saint-Émilion Autres
Lire +
We ludique - anniversaire des nomades du jeu
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
SALON DU DISQUE DE BORDEAUX
localisation de l'annonce Bordeaux DVD & CD
Lire +
SALON DU LIVRE ANCIEN
localisation de l'annonce Bordeaux Livres
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement