Bordeaux Gazette : Journal d'information en ligne Bordeaux et CUB

 

Du Bonheur d’être Réac … par Denis Tillinac



Publié le 23 juin 2014 à 20:41

Politique

JPEG - 117.2 ko

Histoire d’informer les éventuels ignorants, et de combattre les caricatures, Denis Tillinac dans son dernier ouvrage : « Du bonheur d’être réac », nous livre un portrait détaillé du « réac » avec une sensibilité toute en nuances et un grand souci du détail. De quoi peut-être envisager la « réaction » sous un angle émouvant et jubilatoire, bien loin des approximations réductrices et dénuées de sens qui font couramment du « réac » un « facho ».


Du « réac » au « facho »
Si du « réac » au « facho » la frontière sémantique est pour beaucoup de gens incertaine, le franchissement est très fréquent. En vieillissant, le mot a perdu tout son sens originel et qualifie désormais un sorte d’hérésie que notre « inquisition contemporaine » qualifie de mal absolu, le « sale réac » est un véritable démon !!! Un être réputé hostile aux libertés démocratiques, aux lois sociales et à la laïcité de l’Etat. Le racisme, la xénophobie, la bigoterie, la flicolâtrie caractérisent le portrait-robot du réac tel qu’il s’est insinué dans l’inconscient collectif, tout cela est simpliste, faux et facile, tant il est rassurant de débusquer et de dénoncer le salaud intégral !!! Le « réac » quoi qu’en pensent de nombreux esprits simplificateurs, n’est pas le « facho »….
Mais qui sont-ils ?
Le terme n’est pas réducteur car aucun réac ne ressemble à un autre : il y a les mélancoliques et les colériques, les mystiques, les ludiques et les sceptiques, les dandys, les misanthropes. Les pessimistes pour qui tout est foutu, ceux pour qui ce n’est qu’une mauvaise passe, et plus intéressant, les « réacs » qui ne veulent pas en convenir tant il est plus valorisant de se penser « progressiste ». Nostalgique, souvent en rupture de ban avec la société contemporaine, foncièrement inactuel, chaque « réac » a sa propre analyse, aucun n’est en délicatesse avec son époque pour des motifs tout à fait identiques à ceux d’un autre. Pour certains le refus est d’ordre esthétique, pour d’autres moral, pour d’autres encore métaphysique ou religieux. Denis Tillinac
Les fondamentaux du réac
Le sens de l’honneur, le sens de l’intériorité, le sens de l’humour, le sens de l’harmonie, le sens de l’élévation, le sens de la lenteur, le sens de l’ambiguïté, de la hiérarchie, du tragique, de la pudeur, de l’éternité …….. autant selon Denis Tillinac de fondamentaux du « réac » qu’il aborde d’une plume alerte et précise. Non embrigadable, souvent lunaire, à la fois jovial et pessimiste, le « réac » a le sens et le goût du bonheur, et tout en prenant la vie à la légère et en relativisant ses blessures, il en accepte la dimension tragique. Fidèle aux êtres et aux serments plus qu’à une conviction, le « réac » veille par ailleurs à ne jamais mettre ses propres incuries sur le dos de la société. Etre intransigeant sur ce que l’on se doit pour mériter le respect de soi et exiger celui d’autrui fait aussi partie de ce à quoi il aspire …….
Les inconvénients et le bonheur d’être « réac »
Solitude et discrédit sont souvent le lot du « réac ». Très souvent visé, il risque la parano jusqu’à transgresser et peut finir par singer le facho de la démonologie officielle tant la difficulté est grande d’exprimer des désaccords de fond avec les présupposés de l’ordre moral. Et Denis Tillinac d’ajouter que vis-à-vis du « réac » le mépris n’est jamais loin ou encore que dans notre société les états d’âme du « réac » ne peuvent pas être pris en considération etc … Bien qu’intéressé par les choses de l’esprit, il fuit le « socio cul », peu friand de colloques, symposiums et autres séminaires où la caste intellectuelle s’autoproclame et s’auto-encense, le plus souvent non encarté, le réac est de ce point de vue là en contact avec les seuls êtres de son choix. Peu enclin aux indignations de tous ordres livrées clefs en main, il estime par ailleurs qu’il est légitime de hiérarchiser, notamment l’émotion esthétique, il ne croit pas que tout se vaut et que par exemple nous sommes tous des artistes etc …… Ainsi soigneusement décrit par Denis Tillinac, le profil type du « réac », du « réac » à l’état pur (qui en fait n’existe pas tant chacun d’entre nous n’est pas exempt de sacrifier souvent au conformisme) est digne de susciter l’intérêt de tous les esprits ouverts et tolérants, tant la vision du monde qui en découle n’est ni insignifiante, ni inintéressante, ni insupportable. Elle est même, à certains égards, riche d’enseignements et source de réflexion.
Morceaux choisis  :
« Les paysans sont fatalistes par instinct, ils savent qu’aucune utopie n’enrayera le cycle des saisons et ne distraira l’homme de ses passions immémoriales. »
« Pas besoin d’être philosophe ou théologien pour comprendre que de Campanella à Marcuse, les utopies politiques sont toujours des contrefaçons du salut promis par le Christ, avec cette précision capitale : Mon royaume n’est pas de ce monde. »


Dominique Mirassou


RECHERCHE
 
A lire aussi
 
 
Publicité
Création site internet Bordeaux
JSD mediaconcept est spécialisé dans la création de site Web sur mesure.
http://www.jsdmediaconcept.com


Nous suivre