Bordeaux

Chaban, enfant de Lescure …

Il en existe des stades aux souvenirs intenses mais souvent on ne s’arrête que sur les sports qui y vécurent ou les évènements qui s’y déroulèrent.

Soixante dix sept années de chaleur pour cette enceinte aux allures d’arène viennent de s’écouler, mais soixante dix sept années d’émotions en tout genre pour ce joyau architectural aux arcades protectrices y survivent toujours et soixante dix sept années de bons et loyaux services pour ce monument de vie y sont symbolisées.
Finale Dax Stade Montois 1963
C’est ce regard de girondin, l’observant depuis plusieurs décennies, qui s’offre à vous au travers d’une relation entre un lieu et son public. Le coté boulevard et ce parfum olympique qui imprègne l’entrée Nord avec une colonne aux anneaux de couleurs vous replonge dans le passé, et par son arche majestueuse, passage magique vers le rêve, vous transporte en 1938, à cette coupe du monde d’avant-guerre au reflet noir et blanc, aux ballons de cuir et au bonheur du jeu. Le coté Sud offre, en un jardin clos, une piste à l’athlète et un fronton, comme un hommage au pays basque.

Et puis ce paddock légendaire, cette cour intérieure incroyable, témoin privilégié de la ferveur sportive, début et fin de ce couloir interminable, organe vital de cet objet urbain, temple du sport et du divertissement.

Roland GuillasMais il n’y aurait pas de château légendaire sans princes légendaires, alors rendons hommage à ce jeune lorientais, né deux ans avant l’inauguration du Parc Lescure, du nom de Roland Guillas, petit prince de lumière, aux dribbles chaloupés, Arsène Lupin des défenses adverses. Ce joueur magnifique des décennies 50 et 60 hante encore et toujours la couronne de béton en lustrant l’émeraude centrale de son talent de diamant. L’histoire ne serait ce qu’elle est si, dans l’ombre, un autre prince n’avait pas son hommage. Celui-ci des années 70 et 80, gardien de but puis entraineur, qui fit retentir par le travail et l’humilité le son du scapulaire dans l’Europe entière. Cet acteur n’est autre qu’un certain Bernard Michelena, adjoint fidèle d’Aimé Jacquet et du Bordeaux Grand Millésime que l’on connait tous ! Premier entraineur dédié aux gardiens de but, il irradia par son abnégation et ses qualités humaines les « footeux » qui le croisèrent.
Vélodrome
A travers ces deux amiraux du Vaisseau Lescure, les yeux brillants du girondin que je suis ne se refermeront jamais et, bien au contraire, tourbillonneront inlassablement sur le vélodrome fantôme, rêvassant à ce navire, rebaptisé Chaban, en entendant le murmure des spectateurs de toute une région. Et si le ballon rond circulera dans un autre stade d’ici peu, réjouissons nous que l’ovalie envahisse l’agora, continuant ainsi à hisser l’étendard du sport dans notre stade !

Ecrit par Denis Lalanne


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda