Bordeaux

Bernard Pivot vedette de l’Université des Cheveux Blancs

Sur une idée de Marie-Laure Hubert-Nasser la semaine bleue s’est clôturée par l’Université des Cheveux Blancs qui a vu défiler six invités prestigieux. C’est incontestablement Bernard Pivot qui a été la vedette de ces deux très intéressantes journées qui ont vu se succéder six auteurs.

C’est Jean-Louis Servan Schreiber qui est venu le vendredi matin, sous le regard d’Isabelle Juppé qui était la marraine de cette manifestation, entamer ce cycle de conférences dans la salle historique du Conseil Municipal dont les travées furent pleines tout au long de ces deux journées. Bien sûr c’est Marie-Laure Hubert Nasser qui a mis toutes ces personnalités à la question, personnalités qui avaient été choisies selon le critère de l’âge devant avoir plus de 60 ans et le critère de leur dernier ouvrage. C’est ainsi que Jean-Louis Servan-Schreiber est intervenu autour de " C’est la vie " et il a donné le témoignage d’une vie fort bien remplie, très fier d’avoir créé "Radio Classique". Alain Juppé en personne est venu accueillir Bernard Pivot l’après-midi et il a eu quelques échanges avec lui avant que l’intervieweuse ne reprenne la main. Bernard Pivot s’est retrouvé un peu décontenancé car d’habitude c’est lui qui pose les questions et il a bien essayé de renverser les rôles en changeant de fauteuil mais cela n’a pas eu l’effet escompté et il s’est expliqué sur " Les tweets sont des chats " car les tweets sont silencieux comme les chats. Il s’est aussi longuement exprimé sur son métier de lecteur professionnel qui se poursuit aujourd’hui dans sa fonction de président de l’Académie Goncourt et il a ajouté "c’est merveilleux de passer sa vie à être payé pour lire". C’est Florence Mothe qui a clôturé cette première série d’entretiens du vendredi en précisant comment elle était rentrée très curieusement dans le journalisme et en dissertant autour de son livre " Lieux symboliques en Gironde. Trois siècles de Franc-maçonnerie en Gironde " car Bordeaux est une ville maçonnique de la première heure grâce aux marins anglais.
<sjcycle5386|center>
La seconde journée s’est ouverte sur un très nombreux public qui voulait voir Marie de Hennezel qui est venue avouer "C’est Mitterrand qui a fait ma carrière" et elle a précisé avoir fait la connaissance de François Mitterrand à une date précise puisqu’elle a affirmé "je l’ai connu 12 ans avant sa mort" et elle a tordu le cou à un canard qui avance qu’elle se serait occupé des soins palliatifs du président. Elle a ainsi évoqué son livre " La mort intime " avant de venir sur son dernier livre " Sex and sixty : un avenir pour l’intimité amoureuse " en prenant pour exemple le couple formé par Macha Meril et Michel Legrand, respectivement 74 et 83 ans. Hervé Sérieyx devait être le second conférencier de ce samedi matin, malheureusement ce dernier étant souffrant, il a été remplacé par Dominique Thierry co-auteur avec lui du livre " Générations placards, générations espoir/jeunes, seniors, même combat ". Il a évoqué la notion de solidarité qui a évolué dans le temps car pour lui il y a une cinquantaine d’année le moteur de la solidarité c’était le militantisme. Pour clore cette université des Cheveux Blancs c’est un "pays" qui s’est assis dans le fauteuil d’interviewé, Philippe Brenot, qui est né à Caudéran. Il a en son temps créé le Bordeaux Jazz Festival qui n’a pas survécu à son départ vers la capitale. Son propos a tourné autour des attentes féminines et masculines dans le couple à travers son livre " Un jour mon prince... rencontrer l’amour et le faire durer " à travers le mythe du Prince Charmant.
Deux excellentes journées dédiées à croiser des personnes de grande qualité dont le discours peut éclairer tout un chacun.

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda