Alain Juppé déplace les lignes …

Alors que les crimes horribles que notre pays vient de connaître ont conduit des millions de français dans la rue afin de se rassembler avec ferveur et sans aucune équivoque pour le respect de la liberté d’expression, le sentiment d’un désir d’union nationale, diversement commenté et interprété, n’a pas manqué cependant de surprendre jusqu’aux analystes les plus avisés.


L’état des lieux

Alors que notre pays vient de passer de la 5ème à la 6ème place du classement des puissances mondiales, ce qui ne constitue pas vraiment un succès et que sans verser dans le « déclinisme », les sujets d’inquiétude, tels que la courbe du chômage sans cesse à la hausse, la faillite relative de l’intégration, le déclin économique, les échecs de l’école de la république, la montée du terrorisme et de la violence, le déficit des comptes sociaux, etc …… ne manquent pas de nous interpeller, la difficulté à nommer les choses, à les regarder en face, l’aisance parfois même à les nier ou encore à parler d’autre chose, seraient-elles les seules postures que notre nation soit capable d’adopter.
Anne Hidalgo, Alain Juppé, Ségolène Royal et François Baroin
En dehors des réactions démagogiques et trop souvent haineuses, mais néanmoins au cœur du sujet, exprimées par les extrêmes, est-il encore possible que nos hommes politiques ne sentent pas le décalage abyssal et insupportable qui s’est installé entre les inquiétudes, les malaises de l’opinion, et leur discours, qui atteste malheureusement de l’enfermement de ce microcosme de politiciens , qui s’il rencontre et croise souvent les français, ne vit à l’évidence pas vraiment avec eux et semble bien loin d’appréhender quoi qu’il en pense, « le complet état des lieux ».
Entre deux campagnes électorales où la passion des participants atteint des sommets, (serait-ce leur plus grand plaisir ?) quelques joutes oratoires et autres débats pour la conquête du pouvoir, il devient difficile de percevoir un discours politique mobilisateur, une pensée bien structurée et digne de ce nom, si ce n’est quelques considérations bien générales comme s’il s’agissait avant tout de ne pas mettre le doigt là où ça fait mal, de surveiller la concurrence et de ménager l’opinion pour la suite ….

Union et Apaisement selon Alain Juppé.

Candidat potentiel de l’apaisement et de l’union, présentant l’image du sage expérimenté, Alain Juppé qui réalise à Bordeaux un parcours convaincant, ne saurait ignorer, d’une part, l’inexorable droitisation de l’électorat UMP aux attentes desquels il va bien falloir répondre et d’autre part que la conquête de la droite par le centre s’avère aujourd’hui vraiment très aléatoire. Ses positions tant sur l’immigration que sur le mariage, son vrai tropisme centriste ne vont pas rendre le parcours de tout repos, d’autant que la sagesse ne séduit pas vraiment en politique.
Nombre de français favorables à l’arrivée à la tête du pays d’un homme expérimenté, maître de ses émotions, tolérant et rassembleur à l’image d’un Alain Juppé désormais "très bien dans ses baskets" attendent néanmoins aussi un homme déterminé et ferme, ayant la capacité de regarder les choses en face, de les nommer, de parler franchement aux français, de tracer un cap, de prendre des mesures pas nécessairement populaires et d’affronter résolument les inévitables mécontentements. C’est à ce prix selon certains, et ils sont nombreux, que la candidature d’Alain Juppé peut tout à fait rassembler une majorité de français, histoire d’accepter et même de souhaiter qu’il ne jette surtout pas ses bottes et qu’il s’y tienne droit dedans chaque fois que les circonstances l’exigeront.

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda