Bordeaux

« AKA » expose dans les sous-sols de chez « WAN » ……

C’est dans les sous-sols du désormais très connu magasin de Charles Burke, We Are Nothing (WAN) qu’une jeune artiste plasticienne au parcours déjà riche (travaux confirmés, expositions), Karine Derenne ou plutôt « AKA », son nom d’artiste, expose ses œuvres depuis le 3 Novembre, et ce jusqu’au 31 décembre 2015.

Un riche questionnement

« C’est au tout début des années 2000 que ma démarche artistique s’est initiée, suite à la lecture d’un livre de Guy Finley « Lâcher-Prise ».

Qui sommes-nous ? Que sommes-nous ? Avons-nous encore le temps de nous poser des questions existentielles, dit-elle, premières questions d’une démarche très vite enrichie par une approche de la philosophie Bouddhiste avec un regard plus spirituel sur la vie et ses « mécanismes ».
 : « Au travers de mes sculptures, en les utilisant comme supports de réflexion, je souhaite questionner, interroger. J’utilise les couleurs noir, blanc et gris volontairement dans le but de ne pas dévier l’esprit de sa réflexion profonde, sans fuites. Je cherche en plus du sens, à conserver un esthétisme dans ma construction. J’ai testé différentes terres, jusqu’à trouver le grès qui m’a permis de concrétiser mes idées. J’utilise également des éléments de récupération pour les intégrer à mes sculptures, j’aime ces éléments parfois bruts, car ils ont déjà eu une vie, une histoire…. »

Prônant l’humilité et la simplicité, AKA privilégie la découverte des autres et de soi-même dans l’observation, avec un regard neuf, sans aucun jugement.

Karine Derenne … AKA ….

Native de Royan, Karine Derenne, élevée à Bordeaux est âgée aujourd’hui de 45 ans. : « Déjà petite je voulais être artiste. » Très tôt passionnée par la peinture, le dessin, la sculpture et la photo, pratiquant la sculpture céramique depuis plus de 15 ans, elle a toujours travaillé seule. D’un tempérament réservé et pudique évident, elle a mis beaucoup de temps avant de pouvoir montrer son travail. Sa première exposition en solo a eu lieu à Saint François (Guadeloupe), où elle a vécu 10 ans.

Soucieuse de toujours se perfectionner, elle cherche aujourd’hui un local, un atelier où avec d’autres artistes elle pourrait poursuivre l’aventure, tout en l’enrichissant et pourquoi pas, en transmettant le goût de l’art aux plus jeunes.
Un riche univers

L’univers sensible et spirituel d’AKA, parsemé de symbolisme, de réflexions philosophiques, d’esthétisme, d’une recherche d’équilibre entre des forces et des tensions contraires, d’une quête de sens, d’un humour quasi surréaliste, sollicite la réflexion, la réaction du public, tant le travail d’AKA est riche d’interprétations.

Refus d’enfermement, d’allégeance, revendication de liberté, droit au dispersement, autant de ressentis et d’interprétations possibles qui font que dès l’œuvre achevée, elle échappe à sa créatrice pour la conduire un peu plus loin sur la spirale de l’éternelle quête.

L’œuvre, ou du moins, une partie de l’œuvre de Karine Derenne est visible dans les sous-sols de la caverne d’Ali-Baba de Charles Burke (chez WAN) n’hésitez pas à aller vous y perdre ….

Vernissage, Jeudi 19 Novembre à 18h30, chez WAN
1, rue des Lauriers -33000- BORDEAUX
Tel : 05 56 48 15 41

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda