Région Poitou-Charentes : dérive financière ? l’opposition réagit …

Alors que le président de la grande région, Alain Rousset, dénonce une dérive des finances de l’ex région Poitou-Charentes avec pas moins de 132 millions d’Euros d’impayés, somme qu’il s’est d’ailleurs engagé à rembourser avant trois semaines, ainsi que 130 millions d’euros d’emprunts structurés qui pourraient se transformer en emprunts toxiques, l’opposition réagit vigoureusement et s’interroge.
Après s’être montré tout à fait solidaire, et avoir travaillé depuis plus d’un an, en étroite collaboration avec les présidents sortants socialistes dans la perspective de la fusion des régions, après le rapport quelque peu alarmant de la Chambre Régionale des Comptes, après avoir présidé l’Association des Régions de France, la méconnaissance de la situation financière de la région Poitou Charentes de la part d’Alain Rousset ne manque pas d’interpeller.
Méconnaissance de la situation et donc vraie légèreté ou bien désir de passer sous silence pendant la campagne sa connaissance d’une situation que n’ignorait pas son vice-président délégué aux finances, Monsieur Macaire ? Telles sont les interrogations soulevées par l’opposition sous la plume de Virginie Calmels.
Prenant acte du lancement d’un audit global sur la gestion des trois anciennes régions à l’initiative du Président du Conseil régional, l’opposition regrette cependant que les mesures proposées par Virginie Calmels en matière de gestion aient été systématiquement moquées et tournées en dérision.
Et l’opposition d’ajouter que respecter les obligations élémentaires en matière de relations commerciales et réduire les délais de paiement serait loin d’être un luxe vis-à-vis de nombreuses et fragiles PME.
Voilà bien une situation qui, selon de nombreux observateurs, ne sert pas l’image de la politique et fait dire à de très nombreux chefs d’entreprise qu’avec une pareille gestion, leurs entreprises auraient depuis longtemps fait faillite.
A la même heure, lors du Conseil municipal de la ville de Bordeaux, l’opposition s’indignait d’un tarif de groupe accordé aux croisiéristes pour la visite du musée d’Aquitaine …. Histoire de s’indigner par le petit bout de la lorgnette.
Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.