Bordeaux

Rachat des ilôts « Darwin » à la SAS Bastide Niel par Bordeaux Métropole

Emmanuelle AJON demande le report de la délibération pour le rachat de deux parcelles par la métropole à BMA sur le site de Darwin.
Lors du conseil de métropole du vendredi 9 novembre, les élus métropolitains sont appelés à voter le rachat de deux ilôts de la ZAC Bastide-Niel, correspondant aux hangars actuellement occupés par Darwin, abritant d’une part le skate-park et d’autre part des locaux associatifs comprenant notamment Emmaüs.
Dans ce dossier plusieurs points interrogent, et pour commencer l’opportunité de ce rachat. En effet, les différentes parties n’ayant pas été concertées nous n’avons aujourd’hui aucune assurance quant à la volonté de Darwin de racheter ou de louer ces terrains, et si tel est le cas, à quel prix. Cette opération financière, coûteuse, risque donc d’accoucher d’une souris.
Coûteuse car il convient de faire un petit retour en arrière sur ces emprises. Lors du conseil du 27 janvier 2017, la Métropole vendait, parmi d’autres, la parcelle AZ 34 à l’aménageur SAS Bastide-Niel, comme prévu dans le programme de la ZAC, au prix de 120€/M² HT. Ce qui représentait donc, à l’époque, pour les 2 lots de 5261m², un gain d’environ 600 000 € pour la collectivité, hors taxe puisque cette parcelle n’était pas soumise à la TVA.
Or, aujourd’hui la délibération proposée nous demande de voter le rachat de ces mêmes terrains au prix de 3M€ HT, soit 570€/m². A 18 mois d’intervalle, le prix au mètre carré a donc quintuplé, portant le préjudice pour Bordeaux Métropole à 2,4M€, auxquels se rajoutent 600 000 € de TVA qui serait donc apparemment nouvellement applicable. Un manque à gagner total qui se chiffre donc à 3 millions d’euros.
Il est entendu que cette énorme plus value pour la SAS Bastide Niel est légitimée par l’estimation de France Domaines. Précisons tout de même que cette estimation est basée sur le bilan prévisionnel de la ZAC fournie par le vendeur. Pour faire simple, ces 3 millions d’euros d’écarts correspondent en fait au bénéfice prévu par l’aménageur sur ces deux îlots.
La pilule est un peu dure à avaler : que le promoteur se sente lésé est un sentiment légitime au vu de la programmation initiale de la ZAC. Pour autant, nous ne pouvons pas laisser ces terrains être pris en otage, où la caution serait fixée en fonction de recettes prévisionnelles fournies par le vendeur, et sans que celui ci n’ait eu à construire, aménager ou commercialiser quoi que ce soit.
Enfin rappelons qu’une médiation judiciaire est en cours entre BMA et Darwin qui n’inclue pas la métropole. Aussi, en rachetant ces terrains nous risquerions de rendre caduque cette médiation puisque le litige porte en grande partie sur ces deux ilots.
Au regard de ces éléments, il me semble important d’attendre, avant toute chose, les conclusions de la médiatrice et de ne pas interférer dans le travail de la justice. Je reconnais les efforts d’Alain Juppé pour trouver un compromis qui satisfera les différentes parties, mais cela ne peut pas se faire au détriment de l’argent public et de la procédure en cours. Je demanderai donc le report de cette délibération, afin de pouvoir débattre et reprendre sereinement les négociations à la lumière de l’avis rendu par le tribunal.
(A la lecture attentive de ce communiqué on comprend bien que Gerasimo cherche à remplir son escarcelle. Inutile de préciser que si le bénéfice est de 3 millions pour deux parcelles, que globalement l’opération est hyper juteuse pour l’aménageur qui s’offre un droit de cuissage sur des terrains où peut être il mériterait d’être délogé)


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda