L’érotisme floral se dévoile à Mongenan

Et oui ! Les fleurs, elles aussi, font l’amour, grâce aux abeilles, grâce aux insectes, grâce aux oiseaux. Elles sont mâles et femelles, elles ont des parades nuptiales, des amours contrariées et même des relations que l’on disait jadis contre-nature. Oui, les fleurs ont une âme qui s’exprime à travers le parfum comme les hommes l’expriment à travers la poésie et la musique. C’est tout l’art de la nature que de suggérer le désir."L’occasion, l’herbe tendre, je ne sais quel démon peut-être le poussant", écrivait La Fontaine. Le démon de l’amour, le démon du désir, le démon de la passion sont les trois plus charmants démons du jardin d’Eden. Si tout n’y est pas ordre et calme, tout y est à coup sûr beauté et volupté. Linné, le premier, s’étant avisé que certaines plantes reproduisent plus volontiers que d’autres, a découvert ces étranges mécanismes qui permettent de douter que les plantes n’aient ni émotion, ni sensibilité. Plus près de nous, maints psychanalystes, médecins et botanistes se sont échinés à démontrer sur le plan scientifique ce que les poètes et les peintres savaient depuis longtemps : les plantes s’aiment et se détestent, exactement comme les humains. Leur parade nuptiale, leur chant d’amour sous la rosée, leurs couleurs chatoyantes, tout cela, ce sont des mots d’amour qu’elles s’adressent alors que le vent aime à les caresser, alors que le soleil les enflamme, alors que la bruine les rafraîchit. Du 8 avril au 16 juillet, tous les dimanches à 17 h, Florence Mothe fera entrer ses auditeurs dans l’intimité de son jardin. Elle racontera les amours des plantes, nos rapports avec elle, comment les parfums nous agressent ou nous ravissent, nous étreignent ou nous consolent. Et d’abord, qu’est-ce ce bizarre organe que le nez ? Edmond Rostand en a donné une série de portraits militaires. Mais le nez, c’est beaucoup d’autres choses. C’est au fond, la partie visible du cerveau, celle qui nous ramène en enfance, celle que nous énivre en une bouffée, celle qui peut nous tuer de même, ou nous endormir, ou nous envoyer dans un monde lointain. Sentir, rêver, penser, vivre, c’est au fond la même chose. C’est cet univers des parfums, de tous les parfums, que Mongenan vous invite à découvrir durant ce printemps, où les suaves odeurs de son jardin vous conduiront, naturellement.... par le bout du nez !
Renseignements : Château de Mongenan 05 56 67 18 11
Conférences suivies de la dégustation gourmande des vins du domaine qui commence, bien sûr, par en avoir le..nez


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.